La Doma Vaquera



DomaVaqueraImaga1

La Doma Vaquera est issue de l’équitation de travail utilisée par les vachers espagnols, les vaqueros. Elle vit le jour au XVIII siècle en Andalousie. Elle fait partie intégrante du travail de l’élevage bovin en Espagne.

La Doma Vaquera
est aujourd’hui reconnue comme discipline d’équitation par la Fédération française d’équitation. Le harnachement et le toilettage du cheval ainsi que l’habillement du cavalier doivent respecter la tradition andalouse et la présentation intervient dans la note des juges.

Il y a trois catégories, « jeunes chevaux »,
« intermédiaire » et « chevaux dressés ».

Dans la catégorie « chevaux dressés », la reprise se fait au pas et au galop, il n’y a pas de trot. Dans un délai maximal de 8 minutes, le cavalier doit effectuer un maximum de figures libres avec équilibre, régularité et incurvation. Le cavalier tient les rênes dans la main gauche, la main droite posée sur la cuisse au pas et sur le torse au galop.

Les figures spécifiques au pas sont les appuyers, les pirouettes, le reculer et les demi tours serrés. Au pas, le « mosquero » en cuir ou en crins, doit se balancer réglièrement, ce qui prouve que le cheval et bien dans l’impulsion de cette allure.
Celles du galop sont les appuyers, les départs au galop du reculer, les changement de pieds et les arrêts glissés.


doma vaquera2

Dans cette équitation, peu de chevaux de Pure Race espagnol sont utilisés, mais très souvent des croisés tels que les Hispano-arabes ou les Anglo-arabes, le croisement parfait étant celui des trois sangs, Hispano-anglo-arage, le PRE pour sa noblesse et sa soumission, le Pur Sang Anglais pour sa vitesse et le Pur Sang Arabe pour sa souplesse.

bv000050

Cette discipline noble et artistique fait souvent l’objet de représentations en spectacle ou les cavaliers montent avec la garrocha, longue perche de bois semblable au trident camarguais, destinés à la base à tester la bravoure des jeunes Toros Bravos (acoso y deribo).

bv000006.thumb
Ganaderia Claudio Pot, Calalogne